II-41 : comète Biéla et la République italienne (1848).

La grand’ estoile par sept jours bruslera,

Nuée fera deux soleils apparoir :

Le gros mastin toute nuit hurlera

Quand grand pontife changera de terroir.

Comet Biela
Comète Biela en février 1846, peu après sa scission en deux morceaux, 31 décembre 1887.

La comète Biéla (« La grand’ estoile ») paraîtra dans le ciel de Rome pendant sept jours (« par sept jours bruslera »), puis se divisera en deux donnant l’impression de deux Soleil dans le ciel (« Nuée fera deux soleils apparoir »).        

Le pape (« Le gros mastin ») Pie IX (« grand pontife ») devra abandonner Rome et les états pontificaux (« changera de terroir ») pour s’installer à Gaëte vers Naples pour échapper aux hommes de la République italienne. Il hurlera de colère toute la nuit contre cette infamie (« toute nuit hurlera »).

2 réflexions sur “II-41 : comète Biéla et la République italienne (1848).

  • 6 février 2022 à 12 h 21 min
    Permalien

    Le vocabulaire de Nostradamus, astronome tout autant qu’astrologue, fait la distinction entre comète (astre crinite, étoile chevelue) et une explosion stellaire visible à l’oeil nu de jour comme de nuit.

    En outre, une magnitude comparable à celle du soleil pendant sept jours suggère plutôt l’explosion d’une supernova dans le bras d’Orion, phénomène non encore rapporté depuis le XVIème siècle et appartenant ainsi au futur.

    Comme l’explosion d’une supernova reste quasi impossible à prévoir au siècle près, l’astrophysique moderne ne peut que lister les étoiles candidates à mon avis. Ma favorite est la géante rouge Bételgeuse.

    Répondre
  • 14 septembre 2022 à 19 h 51 min
    Permalien

    Pemettez-moi de revenir sur mon commentaire du 8 février en deux points : l’étoile et les personnages.

    1. “La grande étoile par sept jours brûlera
    Nuée fera deux soleils apparoir”
    Ainsi sa luminosité et sa trajectoire la rendent comparable au soleil. On peut en déduire une distance probable entre la supernova et le système solaire : l’explosion ne menace pas immédiatement ce dernier, elle est intervenue à quelques centaines d’années-lumière.

    2. Il y a deux personnages dans les deux derniers vers. Le “gros mâtin” et le “grand pontife”. Le deuxième est le pape. Anatole Le Pelletier semblait avoir son idée sur le premier, probablement un puissant de ce monde poliment traité de chien…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.