Les grandes conjonctions Mars-Jupiter-Saturne.

Les grandes conjonctions Mars-Jupiter-Saturne.

Les conjonctions entre Jupiter et Saturne se déroulent selon un cycle de deux cent quarante ans dans chaque éléments, comme l’explique l’astrologue Perse Albumasar dans la deuxième partie « De magnis conjunctionibus » (« des grandes conjonctions »).

Cette conjonction est l’élément central de l’astrologie mondiale depuis la nuit des temps. Actuellement, ce point est totalement passé sous silence. On ne tient compte que des aspects entre planètes, tels que l’opposition, le carré, le sextile, le trigone ou même ceux dits mineurs comme le sesqui-carré. Je pense que cette vision de l’astrologie par le petit bout de la lorgnette, totalement inefficace, est volontaire, afin de discréditer cette science pluri-millénaire. C’est le travail de sape des loges et de Lucifer pour bloquer un savoir majeur sur l’évolution de l’humanité.

Jamais je n’ai vu un seul traité d’astrologie mondiale moderne qui parle du cycle entre Jupiter et Saturne et tout ce qui en découle. Et pourtant, j’en ai lu beaucoup. Pour en prendre connaissance, il faut consulter les manuels antérieurs à la Renaissance.

Je vais essayer d’être le plus didactique possible afin de restituer cette tradition ancestrale aux plus grands nombres. Ce n’est pas chose facile, car le sujet est très complexe.

Ces explications vont sans doute m’attirer beaucoup d’ennuis venant des loges, car elles révèlent un savoir secret, interdit au commun des mortels.

Jupiter fait le tour du zodiaque en douze ans. Il change de signe tous les ans. C’est la plus rapide des planètes lentes. Jupiter, c’est l’équivalent romain du Zeus grec. Jupiter-Zeus est le dieu des dieux, c’est le maître de l’Olympe. Il est donc normal qu’il participe au destin des nations.

Saturne parcourt le ciel en trente ans et change de signe environ tous les trois ans. Il est le père de Jupiter et le dieu du temps. C’est Cronos chez les Grecs.

Les deux astres entrent en conjonctions tous les vingt ans, selon un rythme très particulier qui met en jeux les chiffres quatre et trois que nous avions vu comme étant d’une grande importance dans le processus de divination. C’est sans doute pour cela que nos ancêtres ont tenu compte de la configuration des deux astres pour le destin des empires.

Le rythme des conjonctions entre Jupiter et Saturne.

Saturne parcourt le ciel en trente ans et change de signe environ tous les trois ans. Il est le père de Jupiter et le dieu du temps. C’est Cronos chez les Grecs.

Les deux astres entrent en conjonctions tous les vingt ans, selon un rythme très particulier qui met en jeux les chiffres quatre et trois que nous avions vu comme étant d’une grande importance dans le processus de divination. C’est sans doute pour cela que nos ancêtres ont tenu compte de la configuration des deux astres pour le destin des empires.

En astrologie occidentale, nous avons quatre éléments : le Feu, la Terre, l’Air et l’Eau. Chaque signe du zodiaque est associé à un élément. Quatre éléments, trois signes par élément, nous avons le trois et le quatre.

Par un mécanisme bien huilé, les conjonctions ont lieu pendant une période d’environ deux cent quarante ans dans le même élément, puis deux cent quarante nouvelles années dans l’élément suivant et ainsi de suite. L’ordre est immuable et ne souffre aucune exception. En revanche, la durée peut varier selon les époques. J’ai moi-même établi la carte de l’ensemble des conjonctions entre Jupiter et Saturne sur une période de huit mille ans.

Chaque cycle dans un élément se chevauche au début et à la fin. C’est une anticipation, une entrée progressive dans le nouvel élément et une extinction progressive de celui qui se termine. En début de cycle, elle a lieu dans l’élément précédent. En fin de cycle, elle est observée dans l’élément suivant.

Certaines conjonctions acquièrent une importance particulière. La première rencontre entre Jupiter et Saturne dans le nouvel élément est la « Grande conjonction » (magna conjunctio). Celles qui se produisent en Bélier, tous les neuf cent soixante ans sont les « très grandes conjonctions » (maxima conjunctio).

Albumazar a établi un tableau concernant les conjonctions en fonction du signe et du secteur géographique qui dominera.

Certains signes au sein d’un élément sont dit « faible », d’autre « fort » et enfin « moyen ». Chaque élément donne une puissance particulière à un secteur géographique.

Cela vise les trois grandes conjonctions traditionnelles54. Celle entre Jupiter et Saturne (grande conjonction majeure), celle entre Mars et Saturne (grande conjonction moyenne) et celle entre Mars et Jupiter (grande conjonction mineure). Une place particulière est faite à la rencontre entre Mars et Saturne en Cancer, tous les trente ans.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.