Le journal de la campagne présidentielle de 2022 (7)

24 janvier 2022.

Aymeric Caron rejoint Jean-Luc Mélenchon. Une recrue de choc pour le frère la truelle islamo-gauchiste. Ce n’est qu’une demi-surprise pour celui qui, chaque samedi soir chez Ruquier pourfendait les invités qui s’étonnaient du nombre croissant d’immigrés ou qui évoquait le fameux grand remplacement.

“Vos sources !!! Vos chiffres !!!”, hurlait-il, son brushing virevoltant ?

Ce monsieur, issu de la grande bourgeoisie, n’a pas dû souvent prendre le RER. Sinon il aurait vu le grand remplacement en acte. Les statistiques du RER sont éloquentes. Le grand remplacement concerne surtout le petit peuple. Un petit peuple qu’ignore Monsieur Caron. Il est vrai qu’à la France (in)soumise, il ne verra pas beaucoup d’immigrés. Que du bourgeois blanc (comme lui). Là point de grand remplacement.

On me répondra, il y a quand même Danièle Obono.

Ha oui, Danièle Obono.

On peut être noir ou nord-africain et venir de la bourgeoisie. C’est d’ailleurs souvent le cas dans le monde politico-médiatique. C’est un insupportable mensonge de faire croire que la couleur de peau serait une garantie irréfragable de pauvreté. Mensonge double, car à l’inverse, le vrai prolétaire “blanc” est accusé par cette bourgeoisie issue de l’immigration, d’être raciste et xénophobe.

Danièle Obono n’a que le mot racisme à la bouche, surtout contre les blancs surtout lorsqu’ils sont pauvres. Danièle Obono est une jeune fille membre de la grande-bourgeoisie Gabonaise. Son père, était cadre supérieur à la banque BNP-Paribas. Il fut également un ancien candidat à la présidentielle au Gabon.

Rappelons le rôle joué par la banque Paribas dans le financement de la colonisation.

Dans ma famille, personne n’a été candidat à l’élection présidentielle. Mon père a travaillé presque toute sa vie en usine. Et je serais, selon Madame Obono, un raciste. Critiquer Danièle Obono, c’est du racisme, comme ce fut le cas avec l’ancienne porte-parole de Macron, Sibête NDaye (elle aussi, venant de la grande bourgeoisie africaine). D’ailleurs, l’une comme l’autre n’hésite pas à faire condamner devant la “justice, les quidams qui oseraient remettre en cause leurs grandeurs.

Cela me fait penser à une scène célèbre du film “les sous-doués passent leur bac“. Pour favoriser l’apprentissage des élèves, la directrice du lycée va installer une “machine à apprendre”. En cas de mauvaise réponse, les élèves recevaient des claques et des coups de boule. Une scène culte qui a marqué toute une génération.

Un des élèves, noir, mais fils d’un président africain, va accuser la machine d’être raciste.

Un précurseur, une préfiguration de Danièle Obono.

Aujourd’hui, il y en a beaucoup. Ils ont le mot “racisme” au bout des lèvres, prêt à être dégainé a la face du premier prolo blanc qui oserait les critiquer.

La vérité, c’est que madame Obono n’est pas victime de racisme. Il n’y a pas de racisme dans le peuple français. Comme une machine ne peut pas être raciste, une bourgeoise noire élu député par le peuple français ne peut pas être victime de racisme. Le seul racisme que je vois, c’est celui de l’élite contre les gueux. La bonne vieille lutte des classes. Mais de cela pas un mot dans les médias ou dans la bouche de Danièle Obono.

Aymeric Caron ne voit pas le grand remplacement, car il n’y en a pas de remplacement des élites. Le grand remplacement concerne le peuple des gueux. Nos élites ont un rapport particulier avec l’immigration. Ce sont les esclaves de l’élite. Ils leur font à manger, leurs ménages ou les conduisent en voiture. Si remplacement il y a, c’est celui des esclaves de l’élite. Le petit peuple, celui des gueux, des gens invisibles doit disparaître aux yeux de l’oligarchie.

Aymeric Caron et son brushing L’oréal, aura bien sa place à la France (in)soumise.

26 janvier 2022.

Encore un appel au génocide, à la persécution des anti-vax. Ils se multiplient depuis de nombreux mois, sans qu’aucune action en justice ne soit engagée, aucune incarcération. Rien. Nada. En cause le tweet de Martin Hirsch. Réponse encore plus monumentale de Jacques Attali. Le duel à distance ne manque pas de piquant.

Voici l’objet du crime.

Clash royal au sein de la synagogue de Satan.

Au coin droit, Martin Hirsch, fils de haut fonctionnaire et de synarchiste. Ancien président de la fondation Emaüs. Oui, l’association fondée par l’abbé Pierre… oui, oui… j’attends un président catholique pour l’association pour la tsédaka… si l’on me répond “antisémite”, alors je rétorquerai “christianophobie”… ce qui marche dans un sens doit aussi être valable dans l’autre sens. Comme disait mon grand-père, chacun chez soit, en paix.

Comme ministre de Nicolas Sarkozy, Martin Hirsch instaurera le RSA, mais propose aujourd’hui, de faire payer les pauvres non vacciné… nous sommes très loin de la tsédaka et de ses valeurs généreuse… et je ne parle même pas de l’abbé Pierre. Pauvre abbé, qui depuis le paradis doit apprécier cette sortie lamentable.

C’est pour cela que l’expression “synagogue de Satan” lui va très bien.

Vous connaissez le canada dry. “Ça a la couleur de l’alcool, le goût de l’alcool… mais ce n’est pas de l’alcool“. Martin Hirsch se présente comme “Juif”, mais il n’en est pas, il ne croit pas en Dieu, sinon il ne tiendrait pas de tels propos.

Au coin gauche, Jacques Attali. On ne le présente plus. Il va prendre la défense des pauvres, des sans-dents, des gueux, contre le monde médical. Dans plusieurs de ses livres, ils parlaient d’euthanasier les vieux de plus de 65 ans, de réduire la population mondiale… et là, Monsieur Attali se scandalise de ne plus soigner les pauvres. Quel comédien. Quelle comédie.

27 janvier 2022.

Jean-Luc Mélenchon chez Hanouna.

Pour une fois, j’ai fait l’effort d’écouter l’émission. J’ai pris sur moi de surmonter mon allergie pour le personnage. Surpris de voir Hanouna aussi sérieux. Pas de nouille dans le slip, de perruque rose ou de rire de hyène.

Le titre de l’émission assez lunaire “chez baba” fut décrypté par Mollah Chon. Dès le début de l’émission, il nous explique que “baba” en arabe cela veux dire “papa”. Il relate qu’il parle arabe, puisqu’il vient de l’Algérie française. Pas de mot assez dur contre les catholiques. Mais lorsqu’il s’agit de l’islam, il nous sort son grand numéro.

L’émission commence par un long débat entre Jean-Luc Mélenchon et Eric Zemmour. Mollah Chon lâche un “islamophobe” et Zemmour lui répond “vous n’allez pas commencer avec la cage aux phobes“. Ca commence fort.

Jean-Luc est d’un incroyable mépris à l’égard de ses interlocuteurs. D’ailleurs, trois d’entre eux le lui diront. Il rigole, il ricane dans sa moustache, mais n’accepte aucune forme d’humour sur lui-même. Toujours se méfier des gens qui n’acceptent pas de rigoler d’eux-mêmes. L’humour sur soi est la forme suprême de l’intelligence. Ceux qui n’ont aucun humour sont souvent des gens très dangereux. Mélenchon et ses partisans sont terriblement sérieux.

Jean-Luc Mélenchon va reprendre la tirade animalière qu’Eric Zemmour avait utilisée contre Bruno Lemaire. Vous vous rappelez de l’âne et du son d’avoine (voir le journal de présidentiel n°2). Avec Mélenchon, ce sera le chien dans sa niche.

Mélenchon : “taisez-vous, à la niche“.

Zemmour : “ne me parlez pas comme ça, je ne suis pas votre chien“.

C’est presque un remake du débat Chirac Fabius de 1986. Le roquet pour Chirac, le chien pour Mélenchon. L’un est devenu Premier ministre après le débat. Espérons que cela n’annonce pas la victoire de Mélenchon. Quelle horreur !!! Je vais devoir trouver l’asile politique à l’étranger.

Eric Zemmour a tiré les leçons de l’erreur de Laurent Fabius. Il n’invoque pas son statut politique. Fabius avait répondu : “je vous en prie, vous parlez au Premier ministre de la France“. Une réponse qui l’a perdu. Eric Zemmour demande le respect et conteste l’animalisation. Une manière de remettre en cause la compétence de son adversaire à devenir président, alors que lui reste calme et respectueux. On dirait qu’il a lu ma chronique.

Quelques minutes, plus tard, Jean-Luc Mélenchon accusera Eric Zemmour de cracher son venin. Réponse cinglante : “Respectez votre adversaire, je ne suis pas un serpent“.

Pour le débat, soit parfait, manquait plus que le couple Garrido-Courbière. La famille Groseille de la politique française. Soudain, au milieu du débat, Raquel Garrido se met à hurler comme une démente : “Ce n’est pas un deuxième Face à Zemmour” et Mélenchon de reprendre la balle au bond “le débat avec Zemmour devait durer 20 minutes et non plus d’une heure”. La scène paraît téléphonée. A mon avis, elle n’a rien de spontanée. C’est toute la limite d’un Cyril Hanouna. Malgré le ton sérieux qu’il se donne durant l’émission, le clown ne peut pas s’empêcher de programmer un clash que l’on attendait tout.

29 janvier 2022.

Jean Castex en visite à Grenoble, va être hué et insulté dès son arrivée. On entend parmi les cris, des “assassin“, “criminel“, “traitre“, “vendu“, “casse-toi“. Malheureusement, il ne sera pas lynché. Ca viendra très vite, vu la montée des tensions et de la violence politique.

30 janvier 2022.

Une primaire de gauche a été organisée par Christiane Taubira. Devinez qui est sorti vainqueur : Christiane Taubira.

Les électeurs étaient appelés à donner une appréciation de type scolaire aux candidats de gauche, allant de “très bien” à “insuffisant”. La gauche est peuplé de profs. Naturellement, un prof passe sa vie à noter ses élèves, à mettre des appréciations. Un marteau voit des clous partout, un tournevis croit voir des vis dans le monde qui l’entour et un prof voit des élèves dans son environnement.

Je n’ai rien compris aux résultats. Voici un résumé trouvé sur Internet :

Christiane Taubira qui a recueilli la meilleure note, avec une mention « bien plus » : 67% des électeurs lui ont attribué, au minimum, la mention « bien ». Et même, pour 49% d’entre eux, la mention « très bien ».

L’écologiste Yannick Jadot lui succède, avec la mention « assez bien plus », suivi de l’Insoumis Jean-Luc Mélenchon, noté « assez bien moins ». C’est-à-dire que tous deux ont une majorité de mentions « assez bien » mais que Yannick Jadot a recueilli plus de mentions « bien » ou « très bien » (45%, contre 35% pour le leader des Insoumis).

L’eurodéputé Pierre Larrouturou et la socialiste Anne Hidalgo recueillent tous deux une majorité de mentions « passable ». Mais le parangon des 32 heures a recueilli plus de mentions « très bien », « bien » ou « assez bien » que la maire de Paris (47% contre 40%).

Si vous avez compris quelques choses, écrivez-moi.

1er février 2022.

La course à l’échalote républicaine à commencé. Première publication des parrainages par le Conseil constitutionnel.

MACRON Emmanuel : 105 parrainages.

HIDALGO Anne : 48 parrainages.

PÉCRESSE Valérie : 34 parrainages.

ROUSSEL Fabien : 30 parrainages.

LASSALLE Jean : 15 parrainages.

MÉLENCHON Jean-Luc : 14 parrainages.

ZEMMOUR Éric : 14 parrainages.

ARTHAUD Nathalie : 12 parrainages.

JADOT Yannick : 11 parrainages.

ASSELINEAU François : 10 parrainages.

DUPONT-AIGNAN Nicolas : 10 parrainages.

POUTOU Philippe : 4 parrainages.

LE PEN Marine : 2 parrainages.

THOUY Hélène : 2 parrainages.

KAZIB Anasse : 1 parrainage.

KUZMANOVIC Georges : 1 parrainage.

Parmi les premiers parrains d’Emmanuel Macron, la bien nommée, Berangère Couillard. On ne rigole pas.

Je ne ferrais pas de jeux de mots sur le nom de famille de cette jeune femme. Pas de moquerie sur les noms de famille.

3 février 2022.

Résultat des parrainages deux fois par semaine, le mardi et le jeudi.

MACRON Emmanuel : 529 parrainages.

PÉCRESSE Valérie : 324 parrainages.

HIDALGO Anne : 266 parrainages.

ROUSSEL Fabien : 159 parrainages.

ARTHAUD Nathalie : 138 parrainages.

LASSALLE Jean : 124 parrainages.

MÉLENCHON Jean-Luc : 100 parrainages.

JADOT Yannick : 80 parrainages.

DUPONT-AIGNAN Nicolas : 77 parrainages.

ZEMMOUR Éric : 58 parrainages.

ASSELINEAU François : 56 parrainages.

POUTOU Philippe : 54 parrainages.

LE PEN Marine : 35 parainages.

THOUY Hélène : 22 parrainages.

KAZIB Anasse : 21 parrainage.

KUZMANOVIC Georges : 9 parrainage.

TAUBIRA Christiane : 8 parrainages.

EGGER Clara : 3 parrainages.

KOENIG Gaspard : 2 parrainages.

MIGUET Nicolas : 2 parrainages.

BARNIER Michel : 1 parrainage.

CHICHE Arnaud : 1 parrainage.

Emmanuel Macron a déjà ses cinq cents parrainages. Mais il n’est toujours pas candidat officiellement. Allez Comprendre.

5 février 2022.

Dimanche de meeting politique. Eric Zemmour à Lille et Marine Le Pen à Reims.

Le premier, à prendre la parole, c’est Zemmour à Lille. Une ville et une région que je connais très bien. J’ai vécu là-bas dix ans. J’ai été fonctionnaire à Lille, à Dunkerque et à Valenciennes. J’ai parcouru cette terre de Flandre, de l’Artois et du Hainaut, d’un bout à l’autre. J’aime son histoire, ses habitants. J’aurais aimé continué de vivre là-bas, mais la préfecture et ses réseaux maçonnique m’en ont chassé. J’avais l’impression de rester dans ma Bourgogne natale. Elle fut l’une des deux Bourgogne : les pays-Bas bourguignons. J’ai vu de nombreuses traces bourguignonnes dans les noms de rue, d’hôpitaux ou de station de métro, mais également dans l’architecture.

Martine Aubry est mariée à un avocat lillois, Jean-Louis Brochen, un important franc-maçon de la région. Il est un ami personnel d’un autre avocat de la capitale des Flandres, Eric Dupont (Moretti), lui-même franc-maçon. Les loges sont très puissantes là-bas… trop puissante. Il est impossible de comprendre l’affaire d’Outreau ou DSK, voire même la vie politique de la région sans introduire le rôle des frères la truelle.

Martine Aubry organisa une manifestation dans “sa ville” (pour reprendre ses propres mots) afin d’empêcher la venue d’Eric Zemmour. Une grande démocrate. Les manifestations dégénéreront dans plusieurs endroits de la ville. Un appel a la sédition qui n’entraîna aucune réaction du pouvoir exécutif ou de la justice. Imaginons la même choses avec le Rassemblement National ou un groupe politique nationaliste. Les organisateurs de la manifestation dormiraient en prison le soir même. Martine et Jean-Louis sont allés tranquillement dormir chez eux dans leurs draps, sans être aucunement inquiétés. C’est cela la “république”. Ce qui est interdit aux uns est autorisé aux autres.

Cela n’a pas empêché la salle d’être pleine. L’islamo-gauchisme représente t’elle encore quelques choses en France, alors qu’Anne Hidalgo doit organiser ses réunions dans une cabine téléphonique.

——————————————

Meeting de Marine Le Pen à Reims. Elle souhaitait commencer sa campagne présidentielle dans la ville des rois de France. Là où est né la France. La cité du baptême de Clovis. Ce qui m’intrigue dans ce choix, c’est la date qui a été choisie. Entre le 4 et le 5 février 2022, le Soleil se trouvait en conjonction avec Saturne. Une conjonction dont parle Nostradamus dans le quatrain IV-86.

IV-86 :

L’an que Saturne en eau sera conjoint,

Avecques Sol, le Roy fort et puissant,

A Reims et Aix sera receu et oingt,

Après conquestes meutrira innocent.

Point de Grand Monarque… mais une Marine Le Pen qui rend hommage aux rois de France… aux rois catholique qui ont fait la France. A-t-elle lu mon article ? Connait-elle ce quatrain de Nostradamus ?

Lors de l’allocution de Madame Le Pen, des femens vont tenter de monter sur scène. Réponse de Marine Le Pen, “profitez encore tant que vous le pouvez de voir des femmes nues, avec les islamistes au pouvoir, vous ne pourrez plus.

La fin de la réunion politique se terminera en grotesque farce nombriliste. Une complainte de la pauvre Marine que sa vie de bourgeoise n’a pas gâtée… snif snif…

6 février 2022.

Une sortie de route mémorable pour Nathalie Loiseau. Tête de liste aux Européennes de 2019 pour LAREM, son tweet n’est pas passés inaperçue chez nos voisins et amis Suisses.

une grosse Suisse molle“.

Sympa.

Surtout qu’en matière de “grosse” et de “molle”, elle sait de quoi elle parle. On mange bien, à la cantine du Parlement européen. L’élite oligarchique est toujours “grosse et molle”.

Pas sûr que Nathalie Loiseau puisse se rendre en vacances à Genève ou Lausanne en toute sérénité.

7 février 2022.

Je continue avec ma mascotte gauchiste, Anasse Kazib. Encore une fois la vedette de la semaine avec une affiche d’un groupe de nationaliste. Anasse pique une grosse colère. Anasse pas content.

Image

Anasse est en forme, il dégaine son combo magique : facho, extrême droite et raciste.

Le candidat ne passe pas une bonne journée, s’il ne tweet pas l’un de ses trois mots. Le combo magique, c’est lorsqu’il arrive à placer les trois en même temps.

La république a son Liberté, Egalité, Fraternité. Le régime de Vichy avait son Travail, Famille, Patrie. Anasse Kazib a son Facho, Raciste, Extrême-droite. C’est son mantra, sa marotte, son programme, son seul programme.

Il faut savoir que tout est inversé. C’est le principe du satanisme. On inverse les valeurs et les rôles. On inverse le sens des mots.

Comprendre que le facho, c’est lui. Le fascisme vient de la gauche, ce qui justifie pleinement l’expression que j’utilise parfois, de fascisme de gauche. Un pléonasme, mais il faut bien répondre en insistant sur l’origine de gauche du fascisme. On n’insistera jamais assez.

Le raciste, c’est également lui. Il ne cesse de mettre en avant son origine marocaine, mais n’hésite jamais a répliquer avec le mot “raciste” lorsque ses interlocuteurs reprennent son argument a son compte. Lorsque Anasse jette à la figure d’un Français de souche (un Français de 1 500 ans), il lui fait comprendre qu’il doit céder sa place et son pays aux nouveaux venus. C’est d’une incroyable violence. La victime du racisme n’est pas Anasse Kazib, mais le prolétaire blanc qui se voit stigmatisé et chassé de son pays.

Toujours avoir à l’esprit l’inversion du sens des mots. Toujours remettre les mots et les personnes à leur place en renversant de nouveau les rôles. C’est une sorte de miroir inversée, comme lorsqu’Alice traverse le miroir dans “A travers le miroir“.

Mettre en avant son origine étrangère dans un autre pays, c’est une sorte de racisme inversée. Dégage de là que je m’y mette à ta place. Surtout lorsque c’est fait de manière aussi tapageuse et outrancière. C’est pour cela que je dis et je répète que le seul programme d’Anasse Kazib se résume a trois mots : raciste, facho et extrême droite. Il n’est pas là pour lutter contre le capitalisme financier. Il n’en parle jamais. Il est l’allié du grand capital et de la grande bourgeoisie, car ce sont eux qui ont besoin de l’immigration pour faire baisser les salaires et avoir des esclaves bon marché.

Notez avec moi, que dans son langage très particulier la dénonciation de l’islamisme (et non de l’islam), c’est de l’islamophobie. C’est presque un aveu. Il se revendique donc comme islamiste sans vergogne. l’affiche dit bien “100% islamiste” et non “100% islam”. Islam et islamiste, deux mots qui n’ont rien à voir. Mais pour Anasse Kazib, critiquer des terroristes, c’est de l’islamophobie.

8 février 2022.

Nouvelle publication des parrainages par le Conseil constitutionnel.

PÉCRESSE Valérie : 939 parrainages.

MACRON Emmanuel : 926 parrainages.

HIDALGO Anne : 652 parrainages.

ARTHAUD Nathalie : 368 parrainages.

ROUSSEL Fabien : 326 parrainages.

LASSALLE Jean : 316 parrainages.

JADOT Yannick : 268 parrainages.

DUPONT-AIGNAN Nicolas : 232 parrainages.

MÉLENCHON Jean-Luc : 224 parrainages.

ASSELINEAU François : 171 parrainages.

ZEMMOUR Éric : 149 parrainages.

LE PEN Marine : 139 parainages.

POUTOU Philippe : 127 parrainages.

KAZIB Anasse : 84 parrainages.

THOUY Hélène : 48 parrainages.

TAUBIRA Christiane : 36 parrainages.

KUZMANOVIC Georges : 25 parrainage.

KOENIG Gaspard : 23 parrainages.

MIGUET Nicolas : 9 parrainages.

EGGER Clara : 6 parrainages.

MARTINEZ Antoine : 5 parrainages.

CHICHE Arnaud : 4 parrainages.

SMATI Rafik : 2 parrainages.

BARNIER Michel : 1 parrainage.

ROCCA Martin : 1 parrainage.

BEKAERT Corine : 1 parrainage.

CAU Marie : 1 parrainage.

MARECHAL Philippe Célestin : 1 parrainage.

MAZUEL Philippe : 1 parrainage.

SCHOVANEC Josef : 1 parrainage.

Pécresse, Macron et Hidalgo ont déjà leurs cinq cents signatures. Madame trois pourcent déjà qualifié. C’est vraiment l’image marquante de l’escroquerie électorale républicaine. A l’autre bout de l’échiquier politique, Florian Philippot n’a toujours aucun parrainage… sans que cela n’étonne personne.

Une dédicace particulière à Marie Cau.

Ha Marie Cau…

Vous ne là connaissez pas.

Vous connaissez Jean-Michel Trogneux. Avec Marie Cau, Jean-Mich va avoir de la concurrence. Marie va faire de l’ombre à Emmanuel Macron comme candidat LGBT.

Pour l’instant Marie Cau à un parrainage… sans doute le sien, puisqu’elle est maire d’une petite ville des Flandres.

—————————

Le dictateur Emmanuel Macron se rend à Moscou pour rencontrer un président élu démocratiquement élu, Vladimir Poutine, dans le cadre des tensions russo-ukrainienne. La visite restera dans l’histoire des humiliations diplomatique. Nous avons déjà l’histoire de la table… ha la table… une table de six mètres de long entre les deux présidents… l’image a fait sourire le monde entier. D’autant que sur Twitter, Emmanuel Macron va tenter de réduire les distances par un subtil jeu de perspective.

La réalité est beaucoup moins flatteuse.

Russie : Macron en face-à-face avec Poutine pour tenter une désescalade des  tensions

Tout est une question de point de vue.

Nous pourrions en sourire, si l’honneur de la France n’était en jeu. Voilà ce que c’est d’avoir accepté qu’un guignol devienne président de la République en trichant de manière éhontée. Un pantin “élu” usurpe le poste de chef de l’Etat.

Avec un roi, nous n’aurions pas ce genre de problème. Dans le Roi, il y a deux corps, le corps physique et le corps symbolique.

Depuis Nicolas Sarkozy, les présidents ont abandonné le corps symbolique du Roi… ne reste alors que le corps physique, ridicule et médiocre. De de Gaulle à Mitterrand, les présidents élus avaient gardé la fonction symbolique royale avec une certaine prestance. Un président de la République élu pour sept ans. Un président-roi pour une monarchie républicaine… Aujourd’hui, reste seulement la République face au peuple. Nos élites ont guillotiné le roi en 1793, ils ont tué la fonction royale du président, reste des hommes minables face à un peuple qui veut un Roi. Le petit peuple à la nostalgie du Roi, il n’a jamais abandonné le roi, il lui est resté fidèle. A un moment, il faudra rendre au peuple son Roi. La situation actuelle me fait penser la pièce de William Shakespeare, “Richard II”. Richard II est un tyran impitoyable qui méprise son peuple. Bolingbroke va permettre à la soif populaire de retrouver un roi légitime de prendre forme. Le texte, comme d’ailleurs les deux autres pièces politiques de Shakespeare, Richard III et Jules César, pose la question du tyrannicide. Question essentielle.

Richard II va abandonner un par un les attributs de sa puissance politique.

Vois maintenant comment je me dépouille moi-même,

Je donne ce fardeau qui pesait sur ma tête,

Et ce sceptre encombrant qui était là dans ma main,

L’orgueil du sang royal qui emplissait mon coeur.

De mes propres pleurs, je lave l’onction du sacre,

De mes propres mains, j’abandonne ma couronne,

De ma propre langue abjure ma dignité sacrée,

De mon propre souffle annule tous les serments de loyauté ;

J’abdique toute pompe et toute majesté ;

(William Shakespeare, Richard II, acte IV, scène I, folio théâtre, p. 243).

Lorsqu’un Roi abandonne les symboles de sa puissance, sa “pompe” et sa “majesté” pour reprendre le vocabulaire de Shakespeare, il ne reste plus qu’un homme nu. La couronne, le sceptre et le sacre, c’est le corps symbolique du roi. Redevenu un homme “normal” (comme il y a des présidents normaux), il peut être chassé du pouvoir et tuer. C’est la solution proposée dans Richard II. William Shakespeare abordera le même thème sous un autre aspect dans Richard III et dans Jules César.

Question d’une incroyable modernité.

Emmanuel Macron, c’est Richard II. Manque un Bolingbroke… Il viendra… Il vient toujours. Il suffit de trouver qui incarnera la fonction du sauveur. Le peuple projettera son archétype sur lui et le suivra.

Macron se rendra à Kiev pour rencontrer son homologue ukrainien. Cette fois, la table sera beaucoup plus courte. On dirait un guéridon pour parler avec les morts. Après les tables tournantes de Jersey, la table tournante de Kiev.

Après sa rencontre avec Poutine, quel résultat obtiendra Macron en Ukraine ?

10 février 2022.

Course à l’échalote républicaine acte IV :

PÉCRESSE Valérie : 1 249 parrainages.

MACRON Emmanuel : 1 050 parrainages.

HIDALGO Anne : 790 parrainages.

ARTHAUD Nathalie : 419 parrainages.

LASSALLE Jean : 382 parrainages.

ROUSSEL Fabien : 381 parrainages.

JADOT Yannick : 325 parrainages.

DUPONT-AIGNAN Nicolas : 280 parrainages.

LE PEN Marine : 274 parainages.

MÉLENCHON Jean-Luc : 258 parrainages.

ASSELINEAU François : 193 parrainages.

ZEMMOUR Éric : 181 parrainages.

POUTOU Philippe : 146 parrainages.

KAZIB Anasse : 99 parrainages.

THOUY Hélène : 56 parrainages.

TAUBIRA Christiane : 47 parrainages.

KUZMANOVIC Georges : 27 parrainage.

KOENIG Gaspard : 27 parrainages.

MIGUET Nicolas : 9 parrainages.

EGGER Clara : 7 parrainages.

MARTINEZ Antoine : 5 parrainages.

CHICHE Arnaud : 5 parrainages.

ROCCA Martin : 2 parrainage.

SMATI Rafik : 2 parrainages.

BARNIER Michel : 1 parrainage.

BEKAERT Corine : 1 parrainage.

CAU Marie : 1 parrainage.

MARECHAL Philippe Célestin : 1 parrainage.

MAZUEL Philippe : 1 parrainage.

SCHOVANEC Josef : 1 parrainage.

FESSARD DE FOUCAULT Bertrand : 1 parrainage.

FORTANE Jean-Marc : 1 parrainage.

PHILIPPOT Florian : 1 parrainage.

RIVOAL Stéphanie : 1 parrainage.

VIEIRA Gildas : 1 parrainage.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.