Corona-virus et fête des fous (1).

L’obligation de mettre le masque dans l’espace public lors du déconfinement relève d’une tradition païenne très ancienne. Tous catholique devrait refuser avec force l’obligation de mettre un masque en raison de son caractère hérétique et même sataniste.

Dans sa version moderne, le carnaval remonte a l’Antiquité avec les sacées babyloniennes, les dionysiaques grecs ou les saturnales romaines. Nous pouvons également le faire remonter au Pourim des Juifs. Elles avaient lieu à la fin de l’hiver, au début du printemps. C’est l’occasion de renverser l’ordre établi. Les rôles sociaux de chacuns étaient inversés, l’esclave devenait maître et le maître esclave. Le grand principe est de transgresser les règles.

On organisait de grand chahut, sous forme de mascarade, a travers les rues et les champs. On élisait un roi des fous qui régnait le temps de la fête.

Charivari du Roman de Fauvel, miniature du XIVe siècle

Lors de ses fêtes, nous trouvons toujours le même principe, des rassemblements festif et joyeux ou les participants se déguisent et se masquent le visage. Le déguisement étant lui-même une forme de transgression des règles religieuses.

Les hommes se déguisent en femmes et parfois des femmes en hommes, C’est une violation d’une loi religieuse établie dans l’Ancien testament.

Une femme ne portera pas un habit d’homme, et un homme ne mettra point un vêtement de femme ; car quiconque fait ces choses est en abomination à Yahvé, ton Dieu.” (Deutéronome, XXII : 5).

Ce principe d’inversion des habits entre homme et femme est un grand classique du carnaval. Avant, la transgression ne durait que quelques jours. Aujourd’hui, elle est permanente et presque généralisée. Pensons aux défilés de haute couture ou à la Gay Pride.

France - Monde | Gay Pride : des milliers de personnes réclament ...

Parmi les costumes du carnaval, l’un occupe une place particulière : le masque. Masque comme costumes sont des survivances des cultes païens. Ils avaient pour fonction de faire peur aux esprits. On se protège en prenant l’apparence de l’esprit.

La première Gay Pride en banlieue va colorer Saint-Denis

Le lien entre satanisme et mouvement LGBT est revendiqué ouvertement. Il est possible d’acheter des maillots où il est écrit “Satan is gay” (Satan est gay).

Satan Is Gay

http://www.satanisgay.com/

Le déguisement et le masque ne concerne pas seulement le carnaval et son pendant moderne détourné, la Gay Pride, mais l’ensemble de la société. Nous assistons a une “carnavalisation” de la société. Du supporter de football, en passant par celui des partisans candidats aux élections ou les spectateurs des concerts de rock.

Idées Déguisements & Maquillages Coupe du Monde de Football 2018

Avec le corona-virus l’obligation du déguisement est permanente. La folie a pris le pouvoir depuis quarante ans. Son accomplissement est le corona-virus.

https://static.actu.fr/uploads/2020/03/masque-virus-corona-854x569.jpg

Le retour du déguisement et de son corollaire le masque s’inscrit dans une lutte ancestrale de l’église pour le faire interdire. Il n’y a pas d’interdiction immédiate, mais une lutte subtil et progressive pour lui ôter son caractère subversif. La signification démoniaque et païenne est remplacé par une symbolique chrétienne. Cependant, le masque garde son aspect trompe-l’œil. Le rang social et la fonction de chacun disparaît derrière le masque. Tout le monde occupe le même niveau. Ils ne seront plus utilisés que pour se cacher – de ses comportements immoraux – ou égarer le regard de l’autre. Il ne sert plus qu’a se cacher vis-à-vis de ses comportements immoraux.

Ce combat a commencé à la Renaissance pour atteindre son objectif au XVIIIe siècle. Le carnaval populaire est remplacé par les bals masqués aristocratiques. Nous avions des bals masqués aux Tuileries ou le bal de l’Opéra (crée par une ordonnance royale de 1715). Avant, le carnaval avait lieu à l’extérieur, désormais le bal masqué se déroule dans un lieu clos, ce qui permet un contrôle des désordres et des débordements.

Une ordonnance royale du 9 novembre 1720, et une ordonnance de police du 5 février 1746, interdisent les masques sur la voie publique. Les bals masqués de l’aristocratie restent en revanche autorisés. Deux ordonnances de police du 6 décembre 1737 et du 11 décembre 1742, vont interdire aux jeunes de s’introduire avec violence dans les bals. Le carnaval populaire ne doit pas venir perturber la délicate détente de la haute société.

La Révolution française interdira elle aussi le Carnaval à partir de 1790. La Gazette Nationale écrit, en 1792, que la municipalité a arrêté :

« 1) qu’il est défendu de paraître travesti dans les rues ; 2) que personne ne pourra donner de bal masqué public ; 3) qu’on ne peut étaler ou vendre des masques et habits de déguisement passé onze heures du soir ; 4) que personne ne peut donner de bal public, sans en avoir obtenu l’autorisation de la police ; 5) que ces bals ne peuvent se prolonger au-delà de onze heures de nuit » (Gazette Nationale, Le Moniteur Universel, n°32, mercredi 1er février 1792).

Il est à noter que par Décret de la Convention nationale, daté du 7 août 1793, « Celui qui sera trouvé déguisé en femme sera puni de mort ».

La lutte de Nicolas Sarkozy contre la dissimulation du visage reprend donc une vieille obsession de l’église, mais cette fois-ci la lutte est menée au profit de la République maçonnique.

C’est la loi n°2010-1192 du 11 octobre 2010 interdisant la dissimulation du visage dans l’espace public. Selon son article 1 de la Loi du 11 octobre 2010 dispose que « Nul ne peut, dans l’espace public, porter une tenue destinée à dissimuler son visage ». L’article 2 s’empresse de préciser que « L’interdiction prévue à l’article 1er ne s’applique pas si la tenue est prescrite ou autorisée par des dispositions législatives ou réglementaires, si elle est justifiée par des raisons de santé ou des motifs professionnels, ou si elle s’inscrit dans le cadre de pratiques sportives, de fêtes ou de manifestations artistiques ou traditionnelles. ».

Au départ, la loi visait uniquement les femmes qui portaient la burqa ou le tchador. Mais comme souvent avec loi républicaine et surtout sous le funeste régime sarkozien, elle ne fut appliqué que contre le petit peuple français de souche catholique. La technique du faux-nez et du mensonge pour imposer des restrictions aux libertés. Je parle bien sûr des gilets jaunes sur les champs Elysée dont les CRS (SS) jetaient les masques des manifestants, alors qu’eux-mêmes étaient cagoulés comme des gangsters.

https://lesjours.fr/ressources/image/ep6-mobilisation-acte-4-img-header.jpeg
Maxime Reynié on Twitter: "La #Police républicaine de @PoliceNat31 ...

Vous remarquerez avec moi que le législateur de 2010 (très prévoyant) avait prévu une exception en ca de santé. Donc elle avait anticipé le port du masque chirurgicale sur la voie publique et à l’intérieur des bâtiments en ca de pandémie. On pourrait s’étonner d’une telle prévoyance.