VII-32 : Musolini et la marche sur Rome (1922).

Du mont Royal naistra d’une casane,

Qui cave, & compte viendra tyranniser :

Dresser copie de la marche Millane,

Favene, Florence d’or & gens espuiser.

Benito MussoliniCesare Maria de Vecchi et Michele Bianchi avec les chemises noires durant la marche en 1922.

Mussolini, un homme issu d’un milieu paysan modeste (« naistra d’une casane ») prendra le pouvoir à Rome. Le Gouvernement italien est ici décrit selon une image mythologique de la Rome antique : le « mont royal ». Le « mont royal » accueillait le capitole, lieu emblématique du Gouvernement.

Sa prise de pouvoir sur l’Italie sera inéluctable. En effet, sa personnalité trouvera un écho favorable dans l’inconscient collectif du peuple (« compte ») humilié par le traité de Versailles. Il sera perçu par ses contemporains comme ayant une personnalité adéquate à la situation de l’Europe de l’entre-deux-guerres menacées par le danger communiste (« qui cave compte »).

Mais il ne faudra pas attendre longtemps avant que Mussolini abuse de son pouvoir en Italie en devenant un tyran (« viendra tyranniser »).

Pour prendre le contrôle de son pays, il utilisera les foules et les masses. Il disposait d’une multitude de partisans armées (« dresser copie ») prêts à le suivre lors de sa « marche sur Rome ». Marche sur Rome qui débuta à Milan. C’est pour cela que le prophète parle de « marche millane » (« de la marche Millane »).

Son régime totalitaire durera vingt-trois ans. Il épuisera l’Italie et la ruinera économiquement et militairement (« Favene, Florence d’or & gens espuiser »).

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.