VI-38 : traité de Versailles et l’Italie (1919).

Aux profligez de paix les ennemis,

Apres avoir l’Italie superee,

Noir sanguinaire, rouge. Sera commis,

Feu, sang verser, eau de sang coloree.

Carte des régions considérées comme italiennes par les irrédentistes en 1918.

En raison du grand nombre du victime (« Aux profligez ») lors du Premier Conflit mondiale, les ennemis (« les ennemis ») feront la paix (« de paix »). Parmi les nations victorieuses (« superee ») de la guerre, il y aura l’Italie (« Apres avoir l’Italie »).

Le cavalier noir (« Noir sanguinaire ») avec sa balance défavorisera l’Italie (« sera commis ») malgré le sang versé (« Feu, sang verser, eau de sang coloree ») durant la guerre (« rouge »). La guerre à la frontière de l’Italie est sanglante.

Après sa participation au côté des vainqueurs, le chef du gouvernement italien désirera récupérer les terres irrédentes, c’est-à-dire les territoires qui parlent italien. Elle avait accepté d’entrer en guerre en 1915 au côté de la France, de l’Angleterre et de la Russie, en échange de la promesse d’obtenir le Tyrol du Sud, le Trentin, la ville de Trieste, la Dalmatie et un certain nombre d’îles. Elle aurait un protectorat sur l’Albanie, la Libye, l’Erythrée et la Somalie.

En 1919, le traité de Versailles ne lui octroi que Trieste, l’Istrie, le Trentin, le Tyrol du sud et la ville de Fiume (en 1924). Le peuple italien développa une déception importante. C’est la « victoire mutilée » qui profita aux fascistes et à leurs prises de pouvoir en 1922.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.